La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Que faire de la France ?

C'est embarrassant, après les attentats de la semaine dernière on découvre que cela pourrait être un objet d'une certaine valeur.

Chérif, 19 ans, étudiant à l’IUT de Saint-Denis :

« Les mecs qui se cachent rue de la République, dit-il, c’est nous qu’ils visaient. Vendredi 13, je me suis senti français pour la première fois de ma vie. Parce que j’ai compris qu’ils auraient pu tirer sur ma mère. »"

Brice Couturier, chroniqueur sur France Culture :

"Je dois vous l’avouer, chers djihadistes, la France ne m’était pas grand-chose. Son exceptionnalité m’énervait. Je rêvais de la noyer dans la normalité européenne. [...] Pour toutes ces raisons, pour Pascal et Paul Valéry, pour Montaigne et Proust, Watteau et Debussy, pour Lamartine en février 1848 et Charles de Gaulle en juin 1940, je me sens soudain fier d’être Français."

 

Mettre à côté ces deux citations peut raconter beaucoup de choses sur la France. En haut de l'échelle des rêves d'Europe, avec une forte volonté de jeter le pays au panier. Tout en bas, dans les banlieues, des jeunes qui ne peuvent pas s'intégrer dans un pays dont les élites elles-mêmes travaillent à le désintégrer.

Au milieu, le travail de sape dont le nom est construction européenne.

Les attentats nous ont pris à ce point là. Au moment où l'essentiel est en jeu, on constate qu'un choix est fait. Pas d'hymne à la joie pour pleurer nos morts, pas d'étoiles jaunes sur fond bleu comme linceul. Partout la Marseillaise et les trois couleurs, jusque sur les pyramides d'Egypte.

Peut-être fallait-il cela pour nous rappeler à notre grandeur, non pas militaire, mais dans le cœur des hommes - ou d'une grande part d'entre eux.

La valeur de la France est une redécouverte, du haut en bas de notre échelle sociale. C'est probablement un phénomène appelé à durer, sur fond d'impuissance européenne.

On a bien quelques euroilluminés, qui en appellent à plus d'Europe.

Farhad Khosrokhavar, de l'EHESS déploie une dialectique sublime :

1. les attentats étaient le fait d'européens :

"ceux qui ont perpétré les attentats sont des Européens, belges et français. Ils sont originaires des « banlieues » en France et de leur équivalent en Belgique. Ils sont animés d’une haine inextinguible contre cette Europe qui les a vus naître et les a plus ou moins mal éduqués."

2. Les attentats visaient des européens :

"Cette haine se décline sous une nouvelle forme : elle englobe l’Europe entière, ne connaît plus de frontière nationale, prenant pour cible tous les Européens (les musulmans inclus)"

3. ergo, il nous faut plus d'Europe :

"Il serait temps que l’Europe se dote d’un instrument puissant et unifié, le noyau d’un système fédéral de la lutte contre le terrorisme si on veut sauver la vie des futurs citoyens européens."

Qui veut vraiment confier la lutte antiterroriste à la Commission européenne ?

Probablement Sylvie Kauffmann, toujours dans le Monde, qui elle n'est pas Charlie en ce mois de novembre, mais qui titre "#JeSuislEurope (dans la version papier du Monde, en ligne c'est devenu #NousSommeslEurope, probablement pour renforcer l'effet performatif de l'assertion).

On retrouve, dans l'article, les mêmes briques conceptuelles. C'est l'Europe qui était visée ("Car, à travers Paris, c’est aussi l’Europe qui est la cible du terrorisme islamique.") et une conclusion imparable, il nous faut plus d'Europe ("L’Europe est prise dans une désastreuse spirale négative, au moment où, pourtant, les seules solutions possibles à ces immenses défis résident dans l’union, pas dans la division.")

*

On a donc d'un côté une masse importante de la population qui entend maintenant relever la France et s'intéresser à cet objet qui vient tout juste d'être redécouvert, et quelques irréductibles qui prônent de continuer toujours plus à faire semblant de s'intéresser à l'édification européenne.

 

De deux choses l'une : soit les partis modérés tiennent compte de cet état de fait et du vide européen, et engagent le pays dans un réinvestissement positif, soit ils continuent le grand écart et accélèrent encore l'union sans cesse plus étroite. Pour le moment, Hollande temporise et engage d'abord une réponse militaire, plutôt bienvenue. On verra assez vite pour la suite.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

odp 27/11/2015 11:18

Très beau discours de Hollande aux Invalides.

odp 26/11/2015 21:15

Salut Edgar,

J'espère que tu vas joindre les actes à la parole et pavoiser ton domicile demain!

Olivier Prévôt 26/11/2015 11:37

Au Danemark, où va se tenir un référendum sur l'Europe le 3 décembre prochain, les partis du OUI insistent énormément sur les attentats de Paris, la nécessité pour le Danemark de rester au sein d'Europol, etc. On vote presque le canon sur la tempe...
Pour ceux que ça intéresse, j'ai fait un papier récapitulatif ici : http://espritdenarvik.fr/wordpress/le-referendum-du-3-decembre-au-danemark/

edgar 26/11/2015 21:34

les partisans du oui danois m'ont l'air de la même farine que les nôtres : je n'ai pas lu une ligne sur le rôle qu'europol aurait pu jouer dans la prévention des attentats, ni sur les attentats qu'europol aurait déjà stoppés.

gilles 23/11/2015 22:15

France/UE et non France/Europe, la Suisse, la Norvège, la Russie etc n'y sont pas. Sinon assez d'accord sur ton analyse de la redécouverte de certains de nos compatriotes du fait qu'ils sont français et sur l'aspect France/UE. J'ai même des exemples autour de moi qui sont assez cocasses. Je pense que tout ceci découle de plus loin :
Soyons matérialistes et expliquons la mutation en cours par la diminution de l'énergie nette disponible :


http://www.institutmomentum.org/wp-content/uploads/2014/01/La-diminution-de-l%E2%80%99%C3%A9nergie-nette.pdf

Certains créent à la fois le terrorisme et l'anti-terrorisme, comme nos amis de l'élite néo-conservatrice américaine, voir le double jeu des alliés des US que sont le Qatar et l'Arabie Séoudite vis à vis de l'État dit Islamique, ils veulent tout rafler avant l'effondrement énergétique dans un scénario à la Mad Max. Ce qui au final produira beaucoup de guerres et destructions et ne prolongera la survie de leur civilisation du tout-pétrole que de très peu, alors qu'il faudrait le préparer justement cet après-pétrole dans la co-opération et non dans le choc des civilisations.

Gérard Couvert 20/11/2015 09:50

Sur l'aspect politique, je ne crois pas que les partis centristes (modérés me semble un vocable ambiguë) puissent changer, cela serait le commencement du détricotage de leur corpus. Individuellement certains vont évoluer.
Les dernières déclaration de personnes comme Sapir ou Brighelli au sujet du F.N. sont en revanche très intéressantes sur les conditions de création d'un parti patriote dont le but serait de rétablir les souverainetés nationales avant que chacun ne reparte vers ses fondamentaux.

Gérard Couvert 20/11/2015 09:43

Nous sommes nombreux à avoir eu ce sentiments qu'enfin une réalité française, enfouie et particulière se faisait jour dans des esprits habitués à ne pas la voir, et, à ne pas y avoir recours.
Nous verrons comment évoluent les "chérif" dont le prénom n'est pas encourageant, nous verrons le temps qu'il faut aux collégiens et lycéens provocateurs de la minute de silence (beaucoup de de cas).
Je noterai la déclaration de Magyd Cherfi (Zebda) qui est je crois d'une grande importance car elle consacre l'impasse du gauchisme libé/canal+ (http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/apres-les-attentats-magyd-cherfi-de-zebda-declare-son-amour-la-france-854379.html)
Je suis aussi intéressé par le travail de Abdennour Bidar (voir sa tribune récente dans le Figaro) et la démarche de Abdelali Mamoun (Imam d’Alfortville) qui me semble plus sincère et plus juste que celle d'un Camel Bechrick qui est un enfumeur réactionnaire.
Reste qu'il ne faut pas baisser les bras.
Je note que Edgar semble enfin commencer à faire un lien entre l'islamisation (islam tel qu'il apparait, et selon moi et d'autres, tel qu'il est : http://www.memri.fr/2015/01/06/le-president-egyptien-al-sissi-a-al-azhar-nous-devons-revolutionner-notre-religion/) et l'UE
Parmi d'autres articles écrits récemment, dans celui-ci je livre une analyse un peu différente de ce que l'on entend, et qui, justement concerne Cherif l'étudiant : http://ripostelaique.com/nous-sommes-juste-en-guerre-de-civilisation.html